LE CERF ECTOMORPHE – THE QUEER DEER

LE CERF ECTOMORPHE – THE QUEER DEER

Amorcée en 2013, cette suite photographique est une déambulation sur le fil de  la masculinité/humanité, de ses facettes et de ses zones d’ombres, de sa dualité avec l’animal.  C’est une comédie humaine zoomorphique et décalée, comme un reflet ou une vision queer et poétique d’une époque en distorsion, une galerie de personnages qui se croisent et nous observent, montrent, racontent, dénoncent ou ne font que passer…

NOTE À PROPOS DE LA CALLIGRAPHIE 

Je suis Maître es Lettres, ce qui explique un peu pourquoi mes tableaux sont composés comme des livres. Personnages, lieux, temps, action, nouvelle, pamphlet, aventures, épisodes, intrigues, essais, roman, saga, etc. La suite photographique Le cerf ectomorphe – The queer deer est régie par des systèmes dont certains se détectent dans le titre des oeuvres et indiquent le niveau stratigraphique de ce mille-feuille numérique pourtant si matériel aux murs.

Quand le titre n’est suivi d’aucun numéro – Entendons-nous, je ne parle pas là de la numérotation de l’exemplaire mais bien de son titre – quand le titre n’est suivi d’aucun numéro, disais-je, le ou les personnages sont présentés sans texte.

Quand le titre est suivi du #2, le sujet est présenté avec un phylactère écrit à l’encre, qui figure son propos ou celui qu’on lui tient.

Au niveau #3, j’ajoute des exergues, toujours en majuscule mais au crayon de papier cette fois-ci, et qui rendent le propos du narrateur, de la voix off ou de l’auteur.

Les mots du titre sont eux aussi importants et viennent étoffer les petits et grands mystères. Et puis il y a les langues… Le français, l’anglais, le latin et parfois l’allemand mais la liste n’est pas fermée. Mes tableaux sont une énigme à résoudre, ou pas.
Je travaille à l’ancienne.